Archive pour 7 novembre, 2010

Pourquoi ce mepris du petit blanc?

Je me suis toujours demandé et un peu plus ces dernières années pourquoi les partis politiques avait le mépris du petit blanc.

etais ce a cause de Wolinski ou Reiser avec ce petit blanc, beauf (on definira plus tard), avec son marcel crade et le slip je ne t en parles pas qui se dore avec bobone au bords de la  grande bleue au camping des flots bleus.

non je me suis dis cette carticature drole (et parfois realiste pour certains)  ne pouvait pas influencer nos  hommes politiques trop fins et intelligents pour  tomber dans ce panneau la.

Etais ce par c’etait la majorité silencieuse qui gobait sans rien dire  toutes les fadaises qu’on leur racontait;  On a le mépris pour des gens  qui se laissent berner.  On aime les hommes (et les femmes) forts qui resistent,  le reste c’est du pipi de chat et tant pis si on les ecrase. Non je ne penses pas que les hommes politiques avisés comme ils sont qu’ils ont joués dans ce registre.

Alors ce sont les psychologues ( à 2 balles diront certains) qui m’ont peut-être donné la clé. En effet tout viens du père (ainsi soit il). Ceux qui nous gouvernent ont peu ou prou été des soixante huitard d’un coté oiu de l’aute de la barrière.On ne sait plus est qui d’ailleurs. l’exemple le plus connu est Cohn -bendit mais la plupart ont participé de prés ou de loin a cette aventure, cette bouffée d’air (comme le chant du cygne de la fin des trente glorieuses). La plupart étaient étudiants, donc a l’époque des privilégiés.

Donc ce psychologue m’a expliqué que les hommes politiques voulaient faire payer aux ouvriers, petit cadres et fonctionnaires l’eructation de 68.

la droite car ils ont eu peur et veulent baillonner ces empecheurs de gagner de l’argent  et la gauche parce qu’ils ont abandonné en milieu de chemin. Mon petit couplet contre la gauche. mais ils devraient les remercier ces petits blancs de ne pas être allés jusqu ‘au bout car maintenant pas sur qu’avec la révolution prolétarienne ils ont auraient les marocains (tiens je me demande si je ne vais pas appeler la halde ;-) ) et autres prébendes que le monde  de l’argent leur a octroyé pour les faire taire.

 

 

quels grands presidents Français?

Ca y est je me lâche dans la diatribe anti-politicienne. une fois de temps en temps ca fait du bien. un pointe de franchouillardise, rien de tel pour pour se regonfler le moral.

Donc j’essayais de me remémorer ce que chacun des présidents de la V republique avait pu apporter au pays tout en lisant mon journal préferé.

Alors la je me suis dit, il va falloir que tu prennes des vitamines car ta mémoire flanche, je n’ai pas trouver  ce que chacun des présidents avaient pu faire de bien pour le pays durant leurs différents septennats/quinquennats, a part les deux premiers présidents. Sans doute l’effet de la nostalgie de la fin des trente glorieuses.

Donc a part De Gaulle que l’on a sanctifie et auquel il ne faut pas toucher (une icône), je ne vois pas ce que les 4 derniers présidents ont pu impulser pour dynamiser et garder sa place à la France.  De Gaulle  avait fière allure, un panache, une aura, une vista qu’aucun de ces successeurs n’avaient.On étaient encore grand a cette époque et lui soudaient tout le monde autour de ces idées de grandeur, de prospérité, d’idée de la nation (on en reparlera dans un prochain post it). Bref c’était un rassembleur et un unificateur. C’est lui qui a lancé en fait tout les grands (ou moins a été l’instigateur)  projets fédérateurs (transport (y compris les autoroutes je sais), l’aèrien, le nucléaire, la défense etc..).

Pompidou a été celui, mal connu, qui a en fait continuer l’oeuvre du maitre et a permis à la France de devenir une puissance industrielle moderne. c’est un  peu  comme Louis Philippe, quelqu’un  de pas forcément sous les feux de la rampe mais qui a transformé la France.

Mais dans tous les suivants  je n’ai pas trouvé grand chose.

Giscard a hérité (et on lui a attribué a tort) la modernité de cette France. A son actif le rapprochement familial(résultat 30 ans après pas terrible  même si cela partait d’un bon sentiment), les virées nocturnes (ca c ‘est une constante,  la forte libido de nos présidents (il faut bien destresser)), les diamants de Bokassa, et l’accordéon  pour faire popu. Si on devait qualifier la personne ca serait le Don Juan sans sa magnificence.

Mitterrand, bête politique, a surfé sur les évolutions politiques plus qu’il ne l ‘ait initiés (que ce soit la chute du mur, l’europe, la culture, ..).  Comme tout président il a voulu laissé sont empreinte intemporelle pour vivre après la mort ( avec la pyramide de Pei, la BN, etc..) La seule chose peut-être est l’abolition d e la peine de mort (pratiquement plus appliqué depuis 76). En tant que personnage ce serait plutôt Le grand Conde

Après son passé trouble, sa fille cachée en fait plus un sujet de roman qu’un homme politique au sens noble du terme.

Chirac, le terrien, celui qui serre les paluches au salon de l’agriculture,  qui a subi les attentats du 11 septembre, et survécu à la cohabitation n’a pas lui non plus apporté un élément fédérateur autour duquel les français pouvaient se rassembler.

Chirac donc, lui aussi a laissé quelque chose et c ‘est le musée du quai Branly. La aussi quelques affaires croustillantes avec la famille Tiberi et les emplois fictifs. Comme les autres présidents il a plus subi les événements qu’il les a initié (par ex l’euro).  Ici ce serait plutôt le régent.

Enfin  Sarkozy, avec ses gesticulations, son énergie certes, sa façon de nous blouser en douceur en envoyant plein de  réformettes qui cachent les reformes qu’il veut faire passer ne donne pas forcement l’image d’un président tel qu’on l ‘imagine (on est parait il encore nostalgique de la royauté ;-) ).  Il a certes sauvé Alsthom que l’homme droit dans ses bottes voulait donné pour 1 euro à un coréen. Donc le personnage auquel il fait penser est plus a Don Salluste.

Bref  maintenant après ces présidents qui ont détricoté le lien social, manqué d’imagination et d’ambition pour la France, on attend le prochain pour voir.

Ces présidents ont laissé faire le marché estimant, comme le pauvre Jospin, qu’on ne pouvait pas faire grand chose; Donc desindustrialisation (Pechiney, Arcelor, chantiers de l’atlantique, DCN,  etc..)  et espoir d’une société de services regulée par le marché (a l’anglaise). Le résultat n’est manifestement pas probant.

Il parait que la volonté politique  de relancer des grandes filières refait surface après 30 ans d’abandon. n’est il pas trop tard?

Je sais il faut être pro-actif et ne pas attendre que tout viennent d’en haut, mais on ne se refait pas de quelques siècles de jacobinisme.

 

 

 

 

l'agenda de la section |
Europe Ecologie - Canton Sa... |
aidedeveloppementafrique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Quand la vérité blesse
| Le Socialiste Socialisant
| POUR LE GRAND MAGHREB...!