encadrements des loyers

la politique d’encadrements des loyers permet a priori de limiter l’effet rareté induit par le nombre de logements non construits.

Mais attention a ne pas tomber dans l’excès de réglementation (comme en terme de  normes qui rencherissent notamment les logements) qui risque d’avoir l’effet inverse a celui escompté (regardons le cas des loyers de 48).

Il faut un juste équilibre entre la rémunération du propirétaire et les possibilités du locataire. or le loyer représente maintenant en moyenne (mais mefions nous aussi des moyennes) 26% des revenus  alors que dans les années 70 il représentait 13% de ces mêmes revenus.

éliminons de suite le cas des marchands de sommeil qui caricature les propriétaires comme des exploiteurs avides. Des lois ont été récemment promulgué taxant lourdement les logements inférieurs à une certaine surface (9m2).

Autant il faut être trés sévère envers ce genre de loueur., autant il faut trouver un équilibre entre le petit propriétaire de logement (en majorité les louers privés posédent 1 à 2 logements) et les locataires.

Pour le moment le balancier semble plutot favorable au locataire qui bénéficie de beaucoup de protection (via le bail notamment)  mais qui a des difficultés a trouver et payer un logement.

La meilleure solution a mon sens serait la construction de logements qui par effet de satiété entrainerait naturellement une baisse du prix des loyers.  Mais d’une part on trouve des investisseurs qui tiennent a la pénurie car cela permet de maintenir voire ameliorer le prix et rendement immobilier,  des maires qui ne veulent pas betonner a tout va (vis a vis de leur electeur),  un effet cité par des constructions trop nombreuses lié a l’idée de construire la ville sur la ville et eviter le mitage urbain,  des constructions de qualité médiocre vendues a des prix encore fort, l’incertitude économique sur l’avenir de l’Europe et de la France dans l’Europe, les taxations trés lourde maitnenant sur l’immobilier font que la construction de logements n’est pas celle qu’elle devrait être.

 

de plus le nombre de divorce, la volonté de maintenir un flux migratoire important font que la demande est forte.

il faudrait soi disant 1 million de logements pour resorber la demande. mais d’autre part on voit afficher partout des ventes ou des locations et beuacoup de logements sont vides (pour plein de raisons dont natamment les impayés et la peur de dégradation).

donc limiter les flux migratoires à la méthodfe anglo-saxonne s c’est à dire qu ‘on ne laisse entrer les personnes qu en fonction des besoins non satisfait par la main d oeuvre locale. ca soulagerait un peu la demande et éliminerait un peu les marchands de sommeil.

faciliter la construction par les investisseurs institutionnels et les organismes hml peut être une solution pour pallier aà la frilosité des personnes privées.

construire des logements sociaux a une image trés négative vis a vis des voisins. cela veut dire  immigrés, insécurité,  vosinage bruyant, niveau scolaire qui baisse. même si ce sont des images d’épinal  et pas forcément  la réalité il faut prendre en compte que des personnes à salaire moyen sont obligé de rester dans les logements sociaux et ne peuvent permettre à ceux qui pourraient y pretendre d’y acceder.

Donc construire des logements intermédiaires pour désengorger les logements sociaux.

d’autre part peut-être desserer l’étau foncier et églementaires (depoussierer ce qui est inutile  pour favoriser que l’écologique).

pour liberer les logements vacants avoir une vrai politique de grantie des loyers impayés  et une responsabilisation des locataires et des propriétaires.

 

 


Répondre

l'agenda de la section |
Europe Ecologie - Canton Sa... |
aidedeveloppementafrique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Quand la vérité blesse
| Le Socialiste Socialisant
| POUR LE GRAND MAGHREB...!